Comment faire du compost sans composteur ?

Dernière mise à jour: 01.10.22

 

Pour donner à votre jardin potager les chances de bien produire, vous devez lui procurer la nourriture dont il a besoin. Si l’utilisation d’engrais chimique ne vous intéresse pas, vous avez la possibilité de fabriquer votre propre compost. Voici les étapes pour procéder, et de manière tout à fait naturelle.

 

Préparation du matériel  

La première étape consiste à préparer le matériel. Comme il s’agit de préparer du compost sans composteur, il faut donc recourir à un procédé relevant du système D, pour fabriquer un produit sans la machine adéquate. Heureusement, tout est possible tant que vous avez une petite passion pour le bricolage.

Le premier point consiste à vous procurer deux cagettes. Ces contenants, fabriqués en bois dans la plupart des cas, servent à l’origine pour le transport de produits alimentaires, de l’usine de fabrication ou de la maison de production, vers son lieu de stockage ou de vente finale. Lorsque les produits sont mis en rayon ou écoulés, selon le point de vente concerné, ces cagettes se retrouvent remisées à l’arrière-boutique ou au fond de la cour, en attendant le moment de les mettre à la poubelle. Vous pouvez donc en demander à un magasin ou un maraîcher proche de chez vous, il devrait vous en fournir autant que vous en voudrez.

Dans le choix de ces contenants, sélectionnez-en un avec un fond aéré, c’est-à-dire présentant des interstices larges entre deux planches. Prenez également un autre avec un fond plein, autrement dit, totalement fermé. En fonction de la quantité de matière première dont vous disposerez pour fabriquer votre compost, vous aurez besoin d’autant de paires de cagettes suivant cette configuration. Mais pour commencer, une paire suffira, pour vous permettre de savoir si le procédé vous convient.

Toujours dans cette rubrique de la préparation du matériel, vous aurez aussi besoin d’un récipient pour recueillir les matières premières dont vous aurez besoin pour fabriquer le compost. Vous pouvez vous contenter d’un petit seau, ou directement d’une poubelle, selon la quantité de déchets culinaires que vous produisez quotidiennement.

Enfin, un bâton vous sera fort utile au moment de prendre soin du compost en cours de fabrication. Mais si vous préférez assurer le travail manuel jusqu’au bout, vous aurez besoin d’une paire de gants de jardinage.

 

Tableau comparatif

 

Le bon
Le mauvais
Conclusion
Prix

 

Mise en place de l’installation

Lorsque votre matériel est rassemblé, il est temps de passer à la mise en place de votre composteur fait maison. Rien de bien compliqué non plus dans cette partie de l’entreprise, car la première opération consiste à placer la première cagette par terre. Placez celle avec un fond aéré directement sur le sol de votre jardin, de préférence à l’ombre. Deux raisons principales expliquent ce choix. Tout d’abord, en plaçant le caisson à fond aéré directement par terre, vous donnez aux différents organismes présents dans le sol la facilité de remonter pour agir sur les déchets que vous allez y emmagasiner. En fonction de la quantité en effet, la vitesse de transformation peut prendre un certain temps avant que vous ne puissiez réellement utiliser le produit obtenu en tant qu’engrais de fabrication artisanale.

Ensuite, le fait de placer l’installation à l’ombre apporte une atmosphère plus favorable à la décomposition des détritus et autres déchets dont vous approvisionnerez régulièrement la cagette. En effet, la décomposition des matières vivantes reste optimale dans un milieu ombragé et de préférence humide, mais disposant quand même de l’apport calorifique nécessaire. En étant directement sous le soleil, la décomposition risque de ne pas s’effectuer comme il se doit, certaines substances ayant tôt fait de se dessécher au lieu de se décomposer. De même, certains organismes vivant dans le sol et qui vont remonter dans la cagette, tels que les vers, ou autres bestioles de la même espèce, ne supportent pas le soleil et meurent rapidement au contact du soleil.

Lorsque vous aurez trouvé l’endroit idéal et bien installé la première cagette, prenez la seconde, autrement dit celle qui dispose d’un fond plein. Placez-la au-dessus de la première, de manière à la positionner en couvercle. Elle assurera également un rôle essentiel dans l’avancée de la préparation du compost. L’ensemble est censé ne plus bouger de l’endroit où vous avez décidé de l’installer. Le couvercle servira ainsi de protection contre tous les excès d’élément naturel pouvant nuire au processus de transformation.

Trop de vent peut par exemple éparpiller les morceaux de produits à composter un peu partout, risquant de faire durer le processus plus de temps que prévu, sans compter le désagrément de devoir tout ramasser à chaque fois. En cas de pluie, trop d’eau peut être néfaste au processus de décomposition. Dans le cas contraire, trop de chaleur durant la journée, avec le déplacement des rayons solaires, peut également assécher une bonne partie des composants, et empêcher une exécution normale et efficace du compostage. Ainsi, la cagette destinée à se poser en couvercle assure le rôle de barrière à tous ces excès, pour donner à l’intérieur de la cagette inférieure l’atmosphère idéale pour un processus bien abouti.

Procédure de fabrication

Il s’agit de la partie essentielle de fabrication du compost sans composteur. Pendant un mois, jetez tous les déchets culinaires que vous aurez mis dans le récipient de collecte, chaque jour, dans la cagette au sol. De préférence, sélectionnez uniquement les épluchures végétales pour constituer la plus grande partie de votre compost. Celles-ci ne risqueront pas d’attirer les nuisibles comme les rats, qui n’attendront pas longtemps à s’inviter chez vous si vous y mettez aussi les restes de viande ou de poisson. En outre, ces restes peuvent également attirer chats et chiens qui risquent de détériorer votre installation.

Les épluchures formeront ce que l’on qualifie de matière verte. Pour parfaire le processus, vous devez y ajouter une quantité égale de matière brune. Il s’agit simplement de feuilles mortes, d’herbe sèche ou de paille, que vous rajouterez à la composition. Pour préciser, un seau d’épluchures nécessitera un seau de feuilles mortes pour obtenir un bon compost. Remuez régulièrement pour accélérer l’action des organismes vivants.

 

 

DEJA UN COMENTARIO

0 COMENTARIOS